Agence Francophone pour l’Intelligence Artificielle

Pour une intégration maitrisée de l’intelligence artificielle et des technologies numériques au service du développement durable en Afrique

L’Afrique fait actuellement face à des défis majeurs, en termes de massification des besoins éducatifs et d’enseignement inclusif, de changement climatique et de transition écologique, de sécurité alimentaire et d’agriculture résiliente, de chômage de masse et de socialisation des jeunes.

A cette liste, il convient d’ajouter les déséquilibres démographiques et d’épanouissement d’une vraie culture de la paix et de la sécurité des hommes, des données et du développement durable

Les enjeux sont multiples : politiques, sociaux, éthiques, économiques, juridiques, etc. Investir dans l’IA et en développer une réflexion critique devient donc un parcours obligé pour les Etats, notamment africains, les organisations, les entreprises, les exploitations agricoles et les universités qui tentent d’anticiper le monde de demain.

Pour le moment, le domaine des nouvelles technologies se développe de manière monopolistique et hégémonique, la plupart du temps au profit des entreprises étrangères. Pour ces dernières, l’Afrique représente un terrain d’expérimentation et une manne financière servant leurs seuls intérêts davantage qu’un continent au potentiel humain et naturel incomparable.

Pourtant les pays africains regorgent de talents, notamment jeunes, et bénéficient d’une aptitude à la résilience qui leur permettraient de prendre en mains le destin de tout un continent, un futur ancré dans le respect des hommes et de leur environnement.

{

Cette démarche d’avenir n’est possible que si les pouvoirs publics, les entreprises et la société civile se réapproprient la stratégie et les outils de développement des technologies de l’IA.

Actualités de l’AFRIA

L’AFRIA devient une fondation

L’AFRIA devient une fondation

– Depuis le 1er août 2020, l’AFRIA est devenue une Fondation internationale de droit suisse. La réunion de lancement a eu lieu au siège de l’AFRIA, Rue Charles-Bonnet 4, 1206 Genève

lire plus
Atelier de sensibilisation

Atelier de sensibilisation

L’AFRIA a co-organisé le premier atelier de sensibilisation et d’initiation à l’intelligence artificielle territoriale en Afrique (SIATA), qui s’est tenu 23 juillet 2020

lire plus

Quel est le potentiel de l’Intelligence Artificielle couplée au digital pour relever ces défis dans le respect de la diversité culturelle, de l’éthique et des droits humains ?

L’intelligence artificielle, reste un domaine relativement nouveau, en pleine croissance. Les besoins en formation et informations sont immenses, à destination de divers publics : dirigeants politiques, chefs d’entreprises, universitaires, populations rurales et du grand public.

Par ailleurs, le défi rencontré par les pays qui n’ont pas développé leur propre stratégie et compétences dans les technologies de l’IA, est qu’ils sont tributaires de solutions incubées in vitro et non in vivo. Cela signifie que bien souvent les solutions sont décolérées de la réalité locale et ne répondent que partiellement aux besoins, notamment des populations les plus précarisées mais aussi les plus éloignées de ces outils (agriculteurs, producteurs, etc.)

L’AFRIA se définit donc comme plateforme dont la fonction est double : 1- diffuser du savoir en matière de développement durable par le truchement de l’IA et technologies numériques. 2- faciliter l’intégration et l’implémentation de cette technologie en connectant les acteurs/secteurs manifestant des besoins et les pourvoyeursde solutions. L’AFRIA opère avec la préoccupation centrale de garantir aux états africains leur souveraineté numérique, de servir le bien commun et de promouvoir une écologie intégrale. Cette double mission se traduit en détails comme suit

01

La sensibilisation aux enjeux et opportunités de l’IA

Produire et diffuser des connaissances et réflexions critiques relatives aux thématiques des technologies émergentes et en assurer la veille stratégique ;

Favoriser et organiser la concertation au sein et entre les pays africains et faciliter une plus grande implication des parties prenantes, notamment de la société civile, du secteur privé, des universités et instituts de recherche, des élus, des jeunes, des femmes aux enjeux de l’IA et des technologies numériques

Stimuler la coopération et le renforcement des capacités des pays africains, pour l’intégration transversale des principes du développement durable, de l’éthique et des droits de la personne humaine au développement accéléré des technologies relatives à l’IA.

02

Le déploiement et l’intégration de l’IA au profit des hommes et de la nature

Identifier les besoins émanant des secteurs publics et privés en matière de nouvelles technologies, notamment AI, dans les domaines – non exhaustifs – de l’agriculture, de l’urbanisme, de la sécurité, de la formation et de la santé ;

Rechercher dans les milieux académiques, scientifiques et entrepreneuriaux les solutions répondant aux besoins identifiés afin d’en faciliter et de coordonner leur intégration ;

Réunir les acteurs et parties prenantes afin de garantir un développement maitrisé, responsable et économiquement viable de projets durables en Afrique.

{

Il est stratégique pour l’Afrique de renforcer ou d’accélérer le développement de ses capacités en intelligence artificielle

L’AFRIA entend accompagner les pays africains dans l’intégration maitrisée de ces technologies de sorte qu’elles se mettent au service d’un développement intégral et durable des personnes et de l’écologie

L’AFRIA est résolument tournée vers l’impact. Ainsi, tous les projets développés en Afrique intègrent dès leur genèse la notion d’impact sociale et environnementale. Ils concourent systématiquement à l’essor de la société civile et sont toujours aux bénéfices des communautés locales et de la nature.

L’AFRIA prône une approche humaniste, inclusive et souveraine des technologies de l’IA en Afrique

HUMANISTE

Parce qu’elle considère que les véritables bénéficiaires de ces technologies sont avant tout les populations africaineset leur environnement. Humaniste encore, parce qu’elle créé des ponts entre les experts, scientifiques, entrepreneurs etétudiants des tous les continents. C’est du reste ce qui justifie l’établissement de son siège à Genève, capital mondiale de l’intégrité et de la gouvernance numérique

INCLUSIVE

Parce qu’elle s’adresse autant aux pouvoirs publics, à la société civile, au milieux académiques, aux communautés locales, qu’au secteur privé, sans discrimination de fonctions, d’âge, de statut ou de genre, et parce qu’elle couvre une palette complète de services garantissant une application concrète et à long terme des projets de technologie durables.

 

SOUVERAINE

Parce que les enjeux en la matière sont déterminants pour le futur du continent. L’autonomie stratégique des paysafricains repose sur leur capacité à maîtriser les compétences scientifiques, technologiques et industrielles relatives aux technologies de l’intelligence artificielle.
Il s’agit de maitriser non seulement la technologie, mais également lesconditions de son intégration (choix et condition des partenariats, intégrités des données, formes de gouvernances…)
{

Ces notions sont au cœur de la proposition de valeur de l’AFRIA et conditionnent chacune de ses activités.

L’AFRIA a établi son siège à Genève le 1er août 2020, sous la forme juridique d’une fondation d’utilité publique

Depuis son quartier général elle gère les différents départements (agricultures, santé, éducation, urbanisme…) et rayonne dans différents pays, essentiellement africains.

Ainsi donc, à moyen terme elle ouvrira des bureaux dans certaines capitales des régions africaines où elle opère, ainsi que des succursales dans des pays stratégiques du point de vue des partenariats. Elle dispose d’ores et déjà d’une antenne à Paris et prévoit d’ouvrir prochainement des bureaux dans certaines capitales africaines et au Québec.

Dans les pays Africains, l’AFRIA s’appuiera sur des organisations et ressources locales pour l’organisation des opérations et activités (événement, formation, conseil, etc.).

L’AFRIA met en place une gouvernance respectant les principes de la dynamique participative assurant ainsi l’égalité des personnes, la diversité des genres et des origines, la transparence et les prises de décisions concertées. Ceci afin de favoriser la responsabilité et l’épanouissement des collaborateurs de l’agence.

Le Conseil de fondation (CF), nomme l’équipe managériale, valide la stratégie ainsi que le budget et contrôle son activité.
Il est présidé par Eric Adja, Docteur en Linguistique théorique, descriptive et automatique de l’Université Paris 7; Denis Diderot, ex-Directeur du numérique au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie.
La liste des membres sera disponible prochainement.

Le Comité d’honneur regroupe des personnalités souhaitant contribuer au rayonnement de l’AFRIA. Il est co-présidé par Samuel Maréchal, chef d’entreprise et Steve Gentili, Président de la BRED et du Forum francophone des affaires (FFA), en sa qualité de parrain de l’AFRIA.

Le Conseil Scientifique regroupe des experts et facilitateurs de haut niveau, consultés pour le bon déploiement des activités et partenariats. Il est présidé par Pierre Ouédraogo, ex-Directeur du numérique au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie.

{

À ce stade, tous les postes ne sont pas encore pourvus. En outre, seront invités à rejoindre le CF, le CH et le CS des personnes dont le profil ou le soutien seront déterminants pour le développement de l’agence.

Contacter l’AFRIA

10 + 13 =

Agence Francophone pour l'Intelligence Artificielle

Rue Charles Bonnet 4
1206 Genève
Suisse

info@afria.org